Un théâtre du collectif, drôle, féroce et jubilatoire

La Cie Brozzoni s’empare des Fourberies de Scapin de Molière pour nous entraîner dans une mécanique féroce et jubilatoire ponctuée de choeurs et d’intermèdes musicaux. Un théâtre humain, de résistance et du collectif dans le droit fil de l’esprit de Molière.

« Rendre au texte des Fourberies de Scapin de sa lumière, retrouver les mots de Molière et le jeu qu’ils portent, revenir à un théâtre vif et sans fioritures tout en explorant le burlesque, partager avec le plus grand nombre le plaisir de raconter une histoire - aussi connue soit-elle - et grâce à elle « réveiller le cœur des gens ».
Mêlant les fondamentaux de la farce et de la Commedia dell’arte, cette « pièce de troupe, écrite non pas pour la Cour mais pour le peuple » ne remporte cependant pas le succès attendu lors de sa création en mai 1671 au Palais-Royal (Paris). Une injustice qui ne sera réparée qu’après la mort Molière.

Naples, aux alentours de 1670. Octave profite de l’absence de son père pour épouser celle qu’il aime : Hyacinte. Une jeune fille pauvre et de naissance inconnue. Apprenant la nouvelle à son retour, Argante, qui projette de marier son fils, entre dans une vive colère. Léandre, ami d’Octave, s’est, quant à lui, épris de Zerbinette, une Égyptienne. Une relation que son père Géronte ne tolère pas non plus. Les deux amis sollicitent alors l’aide de Scapin, valet de Léandre, pour infléchir la détermination de leur géniteur… »

Cécile Boujet de Francesco


Création et mise en ligne : AURA marketing     -     www.auramarketing.fr     -        Mentions et crédits